Ergonomie équine ou Saddle fitting

L’adaptation du poste de travail en fonction du physique de chacun.

La définition du mot ergonomie est : l’étude scientifique de la relation entre l’Homme et ses moyens, méthodes et milieux de travail et l’application de ces connaissances à la conception de systèmes qui puissent être utilisés avec le maximum de confort, de sécurité et d’efficacité par le plus grand nombre.

Plus connu sous le nom de saddle fitting, ce terme en sellerie équine est à double sens, nous avons d’un coté un cheval et de l’autre un humain et un des accessoires de travail du couple est donc la selle.

L’un est sur un équilibre horizontal et l’autre un équilibre vertical, le poste de travail selle doit être optimisé pour que chacun puisse garder son équilibre respectif dans le mouvement.

De ce point de vue, il est donc primordial d’avoir une selle adapté à chacun.

Et les conséquences peuvent être dramatique autant physiquement que moralement pour l’un et l’autre si la selle ne convient pas…

Pour le cheval : Blessures, gonfles, zones de poils blanc, atrophies musculaires, un dos qui ne se muscle pas, problèmes de locomotion, blocages, problèmes de comportement, le tout pouvant aller jusqu’à déclencher des pathologies plus lourdes…

Pour l’humain : douleurs au dos, dissymétrie, sciatique, mauvaise musculation, chutes fréquentes, sensation de déséquilibre ou de ne pas se sentir en sécurité…

Quelques exemples qui peuvent indiquer une selle non adaptée.

Généralités sur l’ergonomie appliquée aux selles

Une selle peut avoir différentes formes selon votre discipline mais aussi selon le physique du cheval et du cavalier et peut-être réalisé dans divers matériaux.

Elle est composée d’un arçon fabriqué de différentes manières avec différentes forme et dans des matériaux multiples, puis de matelassures sous la selle dans divers matériaux également. D’autres matelassures sont aussi présentes au niveau du siège du cavalier.

Chaque matériau a des propriétés différentes avec des avantages et des inconvénients pour chacun et préférables ou non selon certains cas.

Puis les pièces de cuir ou synthétique viennent finir la selle (quartier, recouvrement des matelassures, siège, pommeau, sanglons, etc…).

Les couteaux d’étrivières et sanglons sont fixés à la selle sur l’arçon pour une fixité optimale et sécuritaire du cavalier. Différents emplacements sont possibles pour s’adapter à la morphologie et aux équilibres cavalier/cheval. Les taquets font partis de la confection de la selle, leurs formes et emplacement sont également déterminant pour l’équilibre du cavalier.

Quant au cavalier… On est tous différent et les caractéristiques d’une selle pour un homme d’1m80 ne seront sûrement pas les mêmes que celles d’une femme d’1m60 ! Et les matériaux, formes des selles et spécificités sont à déterminer selon la conformation et posture de chaque personne ! En Bref : Les chevaux sont tous différents et les cavaliers entre eux également et cet objet qui est la selle doit permettre à ses deux espèces de s’unifier ! Mon travail est de trouver la selle qui va convenir à chacun d’entre eux dans les formes et matériaux divers, telle une alliance qui lie un couple !